Vous êtes ici : Vie pédagogique » Langues vivantes » Ressources » Traces écrites, traces mémoire

Les traces en langues vivantes à l'école élémentaire

1. Ce qu'en disent les programmes

Au cycle 2, les traces « écrites » en langue vivante sont peu nombreuses. Les éléments présents dans les cahiers ou affichés sont plutôt de type « traces visuelles », « traces mémoire » ou encore « traces sonores ». Les programmes 2008 (BO Hors Série N° 3 du 19 juin 2008) soulignent que « Dès le cours préparatoire, une première sensibilisation à une langue vivante est conduite à l'oral. Au cours élémentaire première année, l'enseignement d'une langue associe l'oral et l'écrit en privilégiant la compréhension et l'expression orale. ».  Il y a une réelle difficulté lors du passage à l'écrit en langue anglaise. Cependant des traces écrites peuvent être un peu plus présentes au CE1 lors de l'apprentissage de langues comme l'allemand ou l'espagnol où les liens phonie-graphie ne posent pas de problème majeur à des élèves francophones. Le BO hors série N° 8 du 30 août 2007 reconnaît implicitement cette difficulté en n'indiquant uniquement que trois expressions courtes susceptibles d'être écrites en anglais en CE1 (Hello., Merry Christmas!, Love from...) alors que l'espagnol, par exemple, en propose une vingtaine.

Dans ce bulletin officiel (p.7), le tableau récapitulatif du préambule commun à toutes les langues nous indique :

- pour l'activité langagière lire :
  • comprendre des textes courts et simples en s'appuyant sur des éléments connus (indications, informations)
  • se faire une idée du contenu d'un texte informatif simple, accompagné éventuellement d'un document visuel
- pour l'activité langagière écrire :
  • copier des mots isolés et des textes courts
  • écrire un message électronique simple ou une courte carte postale en référence à des modèles
  • renseigner un questionnaire
  • produire de manière autonome quelques phrases sur lui-même, sur des personnages réels ou imaginaires
  • écrire sous la dictée des expressions connues.
En ce qui concerne la langue anglaise, il est important de noter la remarque du B.O. (p.20) :
L'une des difficultés essentielle de l'apprentissage de l'anglais pour un francophone est le passage de la phonie à la graphie et de la graphie à la phonie. C'est la raison pour laquelle l'écrit est pratiquement absent des tableaux proposés pour le cycle 2 ; avant d'envisager un passage à l'écrit, l'élève doit s'être approprié les formes orales, à la fois en situation de compréhension et de production. Au cycle 2 une première étape de la production consiste  en la reproduction d'énoncés en situation aussi authentique que possible. Peu à peu, au cycle 3, l'élève est progressivement exposé à la langue écrite lors d'activités de compréhension et de production.

Le livret personnel de compétence du 11 juillet 2006 indique pour sa part :

- Connaissances :
  • maîtriser l'orthographe des mots ou expressions appris en comprenant le rapport phonie-graphie
- Capacités :
  • comprendre un texte écrit court et simple.

2. Les traces au cycle 2

Pour les élèves, qui apprennent à lire le français au cycle 2, un deuxième code serait perturbant et entraverait l'apprentissage aussi bien du français que de l'anglais.

Nous appellerons donc les traces données au C2 des traces « mémoires », à savoir soit les scripts visuels pour aider à la mémorisation des chants ou comptines apprises en classe de langue, soit des vignettes pour effectuer les jeux (bingo, memory,...) faits en classe, ou les activités rituelles, soit des images sur les aspects culturels étudiés ou toute autre trace visuelle (extraits d'albums de littérature jeunesse,...) qui puisse aider à la mémorisation des apprentissages.

La trace sert notamment à maintenir le lien entre ce qui a été étudié en classe et l'élève. Le cahier a donc, entre autres, pour vocation d'aller aussi à la maison.

Les parents prendront sans doute connaissance de ce qui a été fait en langue avec l'enfant, et, sans l'aide de l'écrit, devront demander à leur enfant de leur dire la comptine ou autre, sans risque de déformation en lisant « à la française ». En réunion de parents, en début d'année, on peut indiquer aux parents qu'à leur demande, ils pourront avoir les traces écrites s'ils le souhaitent, quand on leur aura expliqué l'usage de ce cahier.

Mais le cahier, carnet ou autre, a aussi son utilité en classe.

Il doit être la référence pour l'élève, qui peut s'y reporter quand il en a besoin. Des activités du genre « promenons-nous dans le cahier » ou « I can spy with my little eye... » (Je vois avec mes petits yeux...) peuvent leur être proposées régulièrement pour leur permettre de vérifier qu'ils savent où chercher telle ou telle information, mais également que l'information est accessible et donne envie de la lire (propre, bien coloriée et bien collée et, éventuellement, en paginant le cahier). De plus, c'est une manière tout à fait pertinente de faire des rappels sur des apprentissages qui peuvent être anciens. Une façon à raviver les connaissances pour éviter qu'elles ne tombent dans l'oubli...

Il est intéressant également de leur donner des outils auxquels ils peuvent se référer. Soit par le truchement d'un carnet de règles séparé du cahier, soit en donnant une place spécifique dans le cahier (à la fin, à partir d'un onglet ...) à des règles qui rappellent les apprentissages. Par exemple : connaître les couleurs en anglais, ou, savoir demander son prénom à quelqu'un, ou encore, savoir dire ce que l'on aime ou pas...

3. Les traces au cycle 3

Pour ce qui est du cycle 3 (C3), il ne faut pas oublier que l'usage de l'écrit est toujours limité. Les aides visuelles gardent encore toute leur place dans les cahiers des élèves. Il est nécessaire d'introduire progressivement l'écrit (lire - écrire) en langue, sans oublier de s'être assuré avant que l'oral est bien installé, pour éviter le passage de la lecture francisée.

Ces cahiers serviront de référence pour les élèves. Il convient donc de veiller à ce qu'ils soient corrigés, afin d'éviter que des erreurs soient mémorisées (oubli des majuscules dans les noms de pays, les noms des jours et des mois en anglais et en allemand)

Certaines classes travaillent sur des documents sonores, produits par les élèves ou issus de banques d'outils. Qu'il s'agisse de travail avec des supports audio en « baladodiffusion » ou des livres animés type « Didapages », il est intéressant de conserver les documents sonores que les élèves peuvent réécouter, en classe ou à la maison. Les élèves peuvent télécharger les fichiers « sons » au moyen de clés USB.

Des documents audio-visuels peuvent être diffusés sur le site de la DSDEN 44.

Les documents d'évaluations ou d'auto-évaluation peuvent être conservés dans le cahier ou dans une pochette avec les évaluations des autres disciplines, qui pourront servir de document de continuité avec la classe suivante.

4. Des types de traces en langues vivantes

Voici divers types de contenus trouvés régulièrement dans les cahiers d'élèves au cycle 2 :

  • Des dialogues illustrés
  • des saynètes sous forme de bandes dessinées
  • des chansons, des comptines, des chants, des poèmes en scripts visuels
  • des histoires en images
  • des plateaux de jeux
  • des photos
  •  ...

Les formes de ces contenus destinées à être collées dans les cahiers des élèves ou affichées sont nombreuses et variées :

  • saynètes illustrées (sans parole)
  • dessins schématiques signifiants (pictogrammes météo...)
  • scripts visuels (cf. exemple Five Blue Bubbles...)
  • traces sonores sous forme de CD ou de fichiers de baladodiffusion à emporter à la maison (illustrées ou non)
  • support audio reprenant l'ensemble des éléments  appris en classe (chansons, comptines,  chants, poèmes...)
  • jeux de doigts (illustrés)
  • maisons des phonèmes (« placard de sons ») dont le caractère de l'alphabet phonétique international est remplacé par un dessin illustrant chaque phonème travaillé
  • des symboles illustrant les syllabes accentuées dans les mots
  • petits livres individuels
  • livre collectif  ou individuel illustré « à la manière de... »
  • flashcards
  • cartes de jeux (à placer dans des enveloppes collées dans le cahier)
  • cartons de loto
  • enregistrements de la voix des élèves sur ordinateur (logiciel libre type Audacity)
  • les premiers nombres
  • ...

On utilise ces supports pour mener des projets qui aboutissent à des fabrications :

  • marionnettes (trace kinesthésique)
  • pliages
  • album de photos
  • livre de recettes
  • affiches informatives
  • livres interactifs (logiciel type Didapages 1.1)
  • ...

5. Le script visuel

Le script visuel évite le recours à l'écrit et facilite le travail d'apprentissage et de mémorisation.

- Exemple :
Five Blue Bubbles...
FIVE BLUE BUBBLES
Illustrations de la chanson Five Blue Bubbles... (sur l'air de 10 Green Bottles) méthode Hullabaloo, Hatier, 2005

Five blue bubbles
Five blue bubbles blowing in the air
Five blue bubbles blowing in the air
and if one blue bubble goes POP!
Four blue bubbles blowing in the air
Four blue bubbles blowing in the air
and if one blue bubble goes POP!
Three blue bubbles blowing in the air
Three blue bubbles blowing in the air
and if one blue bubble goes POP!
Two blue bubbles blowing in the air
Two blue bubbles blowing in the air
and if one blue bubble goes POP!
One blue bubble blowing in the air
One blue bubble blowing in the air
and if one blue bubble goes POP!
No blue bubble blowing in the air...

Au cycle 3, les mêmes types de traces visuelles sont utilisés mais l'usage des traces écrites augmente de manière significative. En effet, si les traces visuelles sont efficaces pour aider à mémoriser, les écrits mènent également à l'élaboration de contenus nouveaux (cf. exemple de séance en CM ci-dessous). Le cahier ou les affichages sont une aide pour l'élève car ils permettent de revoir ce qui a été travaillé et sont support de nouvelles activités. Les traces sont également importantes, comme nous l'avons déjà noté, pour la famille, pour le cycle et pour la continuité des apprentissages (C2/C3, école/collège). Il sera nécessaire, dans ce cas, d'identifier clairement le passage d'une année à l'autre (signet, onglet, page cartonnée, nouvelle page de garde...) pour éviter la confusion. Il convient d'inviter les élèves de CM2 à apporter leurs cahiers de langue lors de leur entrée en sixième.

6. Quelques questions à se poser sur les traces

Il est important de se poser des questions sur l'usage des traces dans la classe en langue vivante :

  • Doit-on avoir une trace écrite lors de chaque séance ? Sous quelle forme (visuelle, écrite, sonore) ?
  • Qu'en font les élèves d'une fois sur l'autre ? (Quel travail à la maison  proposer aux élèves à partir des traces du cahier ?)
  • Réactivation en classe à partir du cahier et comment ? (cf. exemple de séance en CM ci-dessous)
  • Quelle trace pour la phonologie ? (C2 = visuel + Alphabet Phonétique International ?, C3 = visuel + Alphabet Phonétique International + phonème modèle sous forme de mots écrits ?)
  • Quand doit-on produire les traces au cours d'une séance ?
  • Quel est le rôle de l'affichage dans la classe (aide à la mémorisation, aide à l'expression des élèves...) ? Quand le modifier ?
  • Quelle organisation pour le cahier de l'élève ? (partie lexicale illustrée, partie grammaire en situation, activités au jour le jour... On peut imaginer d'avoir un sommaire au cahier de langue dans lequel les pages seraient numérotées). 
  • Le cahier doit-il suivre l'élève au cours du cycle et pourquoi ?

7. Un exemple de séance s'appuyant sur l'écrit au cours moyen

Tâche finale : rédaction d'un courriel pour les correspondants

Séance 1
 Étapes de la séance
 Activités  Traces dans le cahier ou affichées
 Rituels d'entrée dans la séance A. Interprétation d'une chanson connue
- Script d'une chanson apprise au cours de la séquence précédente : Nice to meet you (L'anglais par le rap, Presses Pocket)
Un élève vient montrer le texte avec sa règle au fur et à mesure où la chanson est interprétée.

B. - cartes rituelles. Les élèves tirent au sort une carte sur laquelle figurent une question et la ou les réponses possibles connues des élèves.  Ces cartes rituelles sont créées par les élèves au fur et à mesure des apprentissages afin de constituer une banque de questions/réponses connues afin de les rebrasser régulièrement.

C. - chansons, comptines... déjà connues. Une carte illustrant un chant, une comptine ou une poésie est tirée au hasard puis ce texte est interprété par la classe.
- Texte de la chanson et son illustration




- Traces écrites (formulations déjà travaillées et illustrées dans le cahier)


- Chansons, comptines, poésies connues présentes dans le cahier.
 Réactivation A. Afin de rédiger un courriel à destination des correspondants, on va essayer de se remémorer les éléments langagiers tout d'abord avec des visuels : certains d'entre eux préparés à cet effet par l'enseignant, peuvent en effet faciliter la réactivation des éléments langagiers utiles (affichettes pour la réactivation du lexique ou de certaines formulations).

B. - Rechercher dans le cahier tout ce qui est déjà connu et facilitera la rédaction de cet e-mail.



C. - Utilisation des « maisons des sons » affichées au mur pour retrouver la prononciation correcte d'un mot.
- visuels, affichettes... (éléments de réactivation de formules langagières connues)

- Il peut exister plusieurs parties dans le cahier : lexique, formulations illustrées (grammaire), textes des chansons...

- Phonologie : alphabet phonétique international et mots illustrés (sous forme de « maisons des sons » affichées au mur)
 Découverte A. - image complexe, une vidéo ou un enregistrement à décrire dans la langue cible.

B. - textes simples (courriels divers par exemple). Compréhension écrite, travail de réflexion sur les supports écrits proposés. Question posée par l'enseignant : Que doit-on répondre ?

- support visuel ou sonore illustrant des enfants qui communiquent grâce à un ordinateur.

- courriel des correspondants

 Appropriation A. Retour sur les traces écrites dans le cahier pour retrouver les formulations utiles (se présenter,...).

B. Entraînement à produire (à la manière de...).
Travail par groupes qui doivent noter les formulations qu'ils retiennent avant de les présenter au grand groupe.
- recopier les formulations utiles
 Trace écrite Écrit collectif répondant à la commande (écriture d'un courriel aux correspondants sous forme de synthèse des formulations retenues). - coller la synthèse (écrite par l'enseignant) lors de la séance ultérieure
 Rituel de fin Apprentissage de la chanson fil rouge de la séquence en cours - Billy Gilman  (Christmas song) I'm gonna email Santa. (début d'appropriation)
Le script visuel montre le « texte » de la chanson (C3). Les mots et formulations déjà connus des élèves sont déjà présents à l'écrit. Les autres mots sont illustrés soit par des dessins soit par des traits. La ponctuation est présente.
 

- script visuel de la chanson fil rouge : Billy Gilman (Christmas song) I'm gonna email Santa).

 Conclusion de séance Qu'a-t-on appris aujourd'hui ?  
Partager cette page

Rédigé par Nicolas Charles

M.A.J. le 22/06/2016