Vous êtes ici : Vie pédagogique » Éducation artistique et culturelle » Parcours d'éducation artistique » Devenir spectateur

À télécharger

Sitographie


  • Théâtre
    Site de l’ANRAT, onglet Théâtre Education
    Site du Grand T où plusieurs documents Ecole du spectateur sont à votre disposition

Bibliographie


Ces ouvrages peuvent être empruntés à l'Atelier Canopé - Site de Nantes
  • Théâtre
    Vidéo
    : L’excellent DVD « Du jeu au théâtre » Ed. Scéren CRDP Pays de le Loire
    Livres :

    « Histoire du théâtre dessinée » André Degaine Ed Nizet
    « Les fondamentaux du théâtre à l’école primaire… » de J.C. Lallias… Reims CRDP de Champagne Ardennes (Documents, actes et rapports pour l’éducation), 2003
    « 11 rendez-vous en compagnie de Robin Renucci » éd. Actes Sud-Papiers et Anrat par Robin Renucci et Katell Tison-Deimat, 2005
    « Les carnets d’ateliers » de Catherine Morrisson, coll. spectacles d’Actes Sud Junior
  • Danse
    « Construire la danse » Doris Humphrey, L’Harmattan, 1998.
    « On danse ? » Nathalie Collantes et Julie Salgues, Scéren, Autrement junior série Arts, 2002.
    « Danse contemporaine, mode d’emploi » Philippe Noisette, Flammarion, mars 2010.

Articles


. « Pour une école du spectateur » Katell Tison-Deimat, Cahiers pédagogiques (N°502) p.38-39, janvier 2013.
SpectaclevivantPT.jpg

Préparer la venue d'élèves à un spectacle

Publié le 29/09/2015 Mis à jour le 12/10/2015

Ces pistes de travail vont permettre aux enseignants de préparer les élèves à assister à des spectacles vivants. Dans le «carnet de bord » du spectateur, les élèves peuvent consigner leurs impressions, leurs sentiments et la mémoire du spectacle auquel ils participent.

Petite boîte à outils pour préparer sa venue à un spectacle vivant

Préparer sa venue à un spectacle vivant avec ses élèves n’est certes pas obligatoire. On peut laisser à chacun le plaisir de la découverte totale ! Mais nos élèves ont peu la chance d’aller voir des spectacles dits « vivants ». Ils apprécieront d’autant mieux le spectacle, qu’ils auront quelques connivences avec celui-ci comme :

  • le lieu de la représentation
  • les codes et les repères de la salle et de l’espace scénique
  • le style du spectacle (théâtre, marionnettes, danse, cirque…)
  • le thème abordé…
C’est ce que défend le protocole appelé « L’école du spectateur » (cf. site ANRAT) préconisant pour les élèves un parcours culturel annuel constitué si possible de plusieurs spectacles de nature artistique différente. Pour chaque étape du parcours, des séances de travail, avant et après le spectacle, sont mises en place par l’enseignant et un travail de médiation est proposé par un ou des artistes de l’équipe de création en partenariat avec la structure culturelle d’accueil. Chaque spectacle fait donc l’objet d’un minimum de deux séances de travail, de durée variable selon le niveau des classes.


Du sensible au sensé : quelques pistes pour ouvrir l’appétit des jeunes spectateurs

A chacun de concevoir sa « pochette surprise » selon l’âge de ses élèves et ses choix d’enseignant.Les activités peuvent être proposées avant ou après le spectacle. La mise en jeu ou en espace de certaines propositions est préconisée, meilleur moyen de faire ressentir et de faire comprendre aux enfants ce qui se « joue » sur la scène.

Ainsi on délimitera dans la classe ou un autre lieu de l’école, un espace scénique simple pour apprendre :
  • à entrer en scène ou à en sortir et à rester concentré
  • à se déplacer sur différents rythmes
  • à jouer, à mimer ou dire à voix-haute… cf. DVD « Du jeu au théâtre » Ed Scéren CRDP Pays de le Loire
On appréhendera de cette façon, ce qui se joue quand on est sur scène comme par exemple « avoir le trac ». C’est pourquoi on favorisera le travail de groupe.
En jouant, on élargira son vocabulaire en découvrant quelques termes techniques de la scène (avant scène, lointain, jardin, cour, pendrillon …), quelques expressions (la répétition, la générale, la couturière, faire un filage …), quelques métiers du théâtre (comédiens, tragédiens, metteur en scène, scénographe, régisseur son ou lumière, costumière).

Selon le niveau de la classe, le travail d’expression sera oral et/ou écrit (dictée à l’adulte ou en autonomie). Un carnet de spectateur sera le recueil de cette expression et/ou gardera trace de la mémoire du spectacle (le ticket, un dessin, une image, une phrase retenue, une émotion). Il prendra une forme collective ou individuelle plus personnalisée. (cf. le carnet de spectateur proposé)

À partir de l’affiche du spectacle, les élèves tenteront d’imaginer l’univers auquel le spectacle les convie. Pour les plus grands, déjà lecteurs, on les invitera par exemple à repérer le titre du spectacle, à deviner de quel type de spectacle il s’agit grâce aux indices visuels ou textuels.
Par exemple écrire en dictée à l’adulte ou faire écrire un à trois mots suggérés par l’affiche ou la liste de ce qu’on y voit puis trier ces mots selon des catégories propres à la représentation (esthétique, genre, scénographie). Ceci dévoile souvent déjà les différents éléments qui serviront à l’analyse du spectacle au retour : décor, lumière, accessoires, personnages, thème…(Cf. Document ressource sur l’Affiche de C Le Moullec sur le site du GRAND T)

Si on connaît la musique du spectacle, mieux que des explications, pourquoi ne pas accueillir les élèves dans la classe avec celle-ci ou proposer une séance de motricité sur un des airs ? Marcher, bouger, exprimer avec son corps, c'est un bon moyen de s’approprier une musique nouvelle que l’on aura plaisir à reconnaître durant le spectacle ! (cf. le dossier de presse ou d’accompagnement).

On peut aussi présenter, en particulier pour les plus jeunes non lecteurs, des photographies du spectacle. Après un temps de silence pour bien prendre le temps de tout regarder, les enfants auront l’opportunité d’identifier s’il s’agit de marionnettes, de comédiens incarnant les personnages, de danseurs. Premier pas vers la notion de « genre » dans le spectacle vivant.
Chaque lieu de représentation a ses codes, et observer ou commenter des photographies de différents lieux de représentations (stade, plateau télé, concert de rock…) ou de différents types de spectateurs permettra de repérer les différences de comportement et d’aborder la charte du spectateur. Pour exprimer son plaisir ou sa joie à la fin du spectacle, on applaudit au théâtre alors qu’on peut siffler à la fin d’un concert de rock.

La lecture du titre du spectacle ou la liste des personnages donnera un horizon d’attente et amorcera la réflexion et la discussion.

Lire ou pour mieux entendre, chuchoter à l’oreille, des extraits du texte joué, des phrases issues de la plaquette de présentation, des notes d’intention du metteur en scène ou des propos de l’auteur sur son travail d’écriture permet de s’immerger dans l’histoire ou le spectacle à venir sans tout dévoiler.

Lire un article de presse sur la venue du spectacle ou la résidence d’artiste est une autre façon de parler du spectacle à venir.(cf. le dossier de presse ou d’accompagnement).
Pour certains de nos élèves à l’attention ou la concentration fragile, il s’agira d’offrir un univers de référence et permettra de ne pas décrocher. Pour d’autres cela avivera leur écoute.

Et pour le jour J, bonne dégustation !

Nathalie Jallais PEMF ressource spectacle vivant et Sylvie Crusson-Pondeville CPC 2013/2014

Thématique :
Arts et culture, Cinéma - théâtre, Danse - musique, Parcours éducatif
Date :
29/09/2015
Partager cette page

Rédigé par Sandrine Bercier

M.A.J. le 12/10/2015