Vous êtes ici : Vie pédagogique » Éducation artistique et culturelle » Dessins, compositions plastiques

. Edward aux mains d'argent (.pdf - 23 ko)
EDWARDPT.jpg

Edward aux mains d’argent

Publié le 26/03/2010 Mis à jour le 24/11/2015

Le projet École et Cinéma développe des compétences (connaissances, capacités, attitudes) du socle commun (la culture humaniste).

Les enseignants inscrits au dispositif ont une formation de 4 h pour chaque film.
Celle-ci se décline en trois temps :
- projection du film
- apports cinématographiques
- apports pédagogiques

Ce document accompagne l'intervention des conseillers pédagogiques en arts visuels du mercredi 16 septembre 2009.

De nombreux sites proposent des dossiers d'accompagnement. Le CDDP de Nantes
a mis en ligne une sitographie.

L'enseignement Pratiques artistiques et histoire des arts a pour objectif fondamental
d'offrir à tous les élèves, de tous âges, des situations de rencontres sensibles et réfléchies, avec des oeuvres relevant de différents domaines artistiques, de différentes époques et civilisations.
Le projet École et Cinéma s'inscrit dans cet enseignement et développe des compétences (connaissances, capacités, attitudes) du socle commun (la culture
humaniste).

. Dans ce cadre, la démarche pédagogique s'articule autour de trois points :
- L'évènement
L'enseignant a choisi d'emmener ses élèves voir trois films du dispositif Ecole et Cinéma dans l'année pour construire leur parcours artistique et culturel. Il est entendu que les conditions de visionnage d'un film avec la classe et les objectifs ne sont pas les mêmes que dans le cadre familial.
Avant la projection, les élèves sont sollicités pour formuler des hypothèses sur le lieu (salle, métiers, accueil, comportement, attitude...) sur le film (affiche, genre, époque...)
Edward aux mains d'argent est un film dense, fantastique, qui peut paraître un peu difficile pour certains CE2. Pour préparer à la séance et placer l' élève en capacité de spectateur actif qui peut réagir, l'enseignant crée « un horizon d'attente » comme en littérature. Sans dévoiler le suspens ou l'histoire, il est possible d'imprimer l'affiche du film, ou quelques photographies de la galerie photos.
Cf. les sites Internet de Allociné ou Première.
Prévoir une séance de langage où les élèves s'expriment sur ce qu'ils comprennent
de ces premières images.

Le flash back
Il est important que les élèves connaissent ce procédé cinématographique pour se situer dans la narration. Comprendre que la grand-mère raconte à sa petite-fille, un épisode de vie lointain (souvenir d'un moment vécu).

- La médiation
Elle est destinée à favoriser la rencontre sensible et réfléchie.
. établir une relation sensible : l'élève découvre avec son point de vue, ses préoccupations, sa vision. Il l'apprécie de manière totalement subjective ce qui lui appartient.
En classe, après la séance
Revenir sur les hypothèses formulées avant la projection, échanger, confronter les points de vue, s'interroger
Expression libre sur le ressenti du film, oralement ou sur le carnet de cinéma par des dessins, des textes, des collages.
Présentation de quelques réalisations qui pourront amener un débat d'interprétation.
Proposer un débat argumenté sur un des thèmes cités : l'autre, la différence, la réalité, le fantastique... organiser ce débat en apportant d'autres éléments.
Choisir quelques photographies du film pour les replacer chronologiquement, les titrer, écrire à partir de ces photos.
Faire le portrait de Edward, son physique particulier, ses particularités, ses sentiments. Ecrire et dessiner.

Repérer les schémas narratifs du conte fantastique et le rôle des personnages
·  Le débat philosophique et /ou citoyen, savoir échanger autour d'un questionnement, donner son avis
·  La maîtrise de la langue, faire un résumé, un texte, mettre en relation textes et images, savoir organiser une narration
·  L'univers artistique, littéraire et plastique, comprendre et connaître les références données dans le film, en trouver d'autres.
·  TICE, Les recherches documentaires B2I,

. La mémoire
Mettre en mémoire est une dimension essentielle du processus d'apprentissage.
. Les ressentis, les impressions, le vécu (ce que j'ai préféré, ce qui m'a touché, cela me fait penser à, ...)
. Les connaissances acquises

Le support mis en place par l'enseignant est un cahier d'histoire des arts personnel et/ou collectif. Il contribue au suivi et à l'évaluation des élèves.
Se donner le temps en classe de travailler sur ce document. Ce n'est pas seulement un outil de mémorisation mais un support qui témoigne du parcours artistique et culturel de l'élève, en lien avec l'Histoire des Arts.

Ce cahier peut contenir toutes sortes de traces variées, des visuels, des dessins et croquis, des noms (réalisateurs, acteurs, auteurs...) des dates, une frise chronologique, des écrits (personnels, critiques de cinéma, articles de presse...) un résumé. La carte du film donnée à chaque élève par le dispositif Ecole et Cinéma est un élément essentiel qui donne de nombreux renseignements utiles pour travailler ensuite sur le déroulé du film. Des espaces libres dans ce cahier des arts sont prévus pour que l'élève puisse s'approprier son support et le compléter avec ses découvertes personnelles.
Un affichage collectif, un espace dédié à l'histoire des arts dans la classe, viennent enrichir les représentations des élèves.

Pour aller plus loin
Propositions en arts visuels
Créer un être fantastique (animal ou humain) à qui on donnera des pouvoirs exceptionnels. Photomontages, dessins, collages (cf. les bonus du DVD)
Créer une ambiance ou un paysage fantastique, romantique ou irréel en jouant sur des collages, des changements d'échelle, des intrusions d'éléments étranges... ou encore un jardin merveilleux, un univers baroque ...
Installer un mur d'images collectées dans divers supports (magazines, cartes postales...) sur la représentation d'un thème du film. Ce mur d'images évolutif pourra donner lieu à des débats ou des commentaires divers. Par exemple, la norme et l'exceptionnel, ou le réel et l'irréel ou les machines improbables...

Références culturelles
L'art topiaire, l'histoire des jardins
Les machines fantastiques : Léonard de Vinci, Panamarenko vidéo de Fishli et Weiss
La Belle et la Bête, Frankenstein, Pinocchio

- Quelques pistes possibles d'exploitation pédagogique
. Les thèmes et notions
Film de contrastes et d'oppositions, entre le bon / le mauvais
Le gentil /le méchant (cf. la voisine malveillante, le fiancé)
Le riche /le pauvre ( cf. passage à la banque où Edward tente d'obtenir un prêt)
L'exploitation de l'autre (Cf. « On ne peut rien acheter avec des cookies » le père pour le passage du film où Edward est embauché pour travailler dans un salon.
Le handicap/ la différence : un être est rejeté par la société américaine moderne parce qu'il ne rentre pas dans les critères imposés.
« ne laissez personne dire vous dire que vous êtes un handicapé » un voisin le sentiment d'appartenir
« L'intérieur est en décalage avec l'extérieur » Tim Burton
Les normes, La beauté / la laideur
Tenter de rentrer dans l'ordre établi : les femmes américaines qui ne cessent de rechercher l'idéal féminin en se ruinant en produits de beauté et en adoptant toutes le même modèle .
Edward ne correspond pas aux canons de la beauté moderne (cheveux en bataille, vêtements gothiques...)
L'uniformisation des milieux de la banlieue, jusqu'au « kitch » le confort, les couleurs, la société de consommation... tout cela Edward l'ignore.
La créativité, le jardin merveilleux L' Eden, les sculptures, l'art topiaire, les sculptures de glace, la coupe des cheveux...
L'amour adolescent, des références à La Belle et la Bête,
La création du savant qui meurt avant d'avoir terminé son oeuvre, laissant Edward sans mains et donc en dehors des normes
Le don d' Edward
La machine à gâteaux (enchaînement des actions ) machine infernale, ou féerique ?
Cf. vidéo de Fichli et Weiss
Le fabuleux, Le mystère, le fantastique « il est si exceptionnel... »
Entre rêve et réalité : pour entrer dans le monde du fantastique, du conte de fées, Tim Burton utilise des moyens de narration comme la machine à fabriquer des coeurs, les sculptures de neige...on est ici dans des univers baroques, lyriques.
Le récit initiatique : l'accident, l'épreuve à traverser, le héros va t-il réussir ? l'arrachement, la mort, l'adieu.






Joëlle TESSIER/ CPAV. IA44. / 2009/ école et cinéma
Thématique :
Cinéma - théâtre
Date :
26/03/2010
Partager cette page

Rédigé par Nicolas Charles

M.A.J. le 24/11/2015