Vous êtes ici : Direction académique » Actualités » Archives

Un séminaire de formation des formateurs sur l’évaluation

Un séminaire de formation des formateurs sur l’évaluation

Pour la deuxième année consécutive un séminaire de formation des formateurs de Loire Atlantique a permis de traiter un sujet d’actualité : l’évaluation des élèves. Comment en mesurer l’impact sur la pratique des enseignants, comment associer les parents, le rôle déterminant des circonscriptions, ont été quelques-unes des questions étudiées.

A l’occasion de l’ouverture de la formation, Philippe Carrière, IA-DASEN, a souligné l’importance de la formation continue « pour améliorer les pratiques professionnelles et pour conduire, dans la diversité des fonctions, la réussite de tous les élèves ».
Ces journées ont permis d’entendre Patrick Picard, chargé d’étude à l’IFE, Marc Bablet, chef du bureau à l’éducation prioritaire de la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO), et Yann Bruyère, délégué académique au numérique.

à gauche Patrick Picard chargé d'étude IFE, au centre Philippe Carrière IA-DASEN, à droite Marc Bablet chef du bureau à l’éducation prioritaire de la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO)
A gauche Patrick Picard chargé d'étude IFE, au centre Philippe Carrière IA-DASEN, à droite Marc Bablet chef du bureau à l’éducation prioritaire de la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO)
 
Le premier a insisté sur l’importance de comprendre « l’impact de ce que l’on fait » quand on évalue. « L’observation des élèves pour comprendre la nature des difficultés rencontrées » par les élèves pour faire ce qu’on leur demande, est essentielle, a-t ’il expliqué. Il a évoqué, selon le modèle multiscalaire utilisé par le Centre Savary, le regard qui  doit se situer à différentes échelles, autant pour piloter et articuler les différents niveaux d’intervention que pour former et faire apprendre.

Marc Bablet a rappelé les différentes fonctions de l’évaluation et souligné notamment que l’intérêt premier était de se servir de cette « prise d’information en situation pour mieux agir, agir utilement ». Il a parlé d’une évaluation positive qui mise sur la « bienveillance » mais n’est surtout pas synonyme de « baisse des exigences ».

Yann Bruyère a exposé « à quelle condition le LSU était une chance pour l’évaluation positive ». Il a évoqué les obstacles recensés sur la plate-forme inter-académique et proposé les pistes d’accompagnement.
Un bilan départemental sur le dispositif « plus de maître que de classe » a aussi été présenté par Mme Nathalie Donot, conseillère pédagogique, ainsi qu’un travail mené dans la circonscription de Couëron-Savenay.

Des ateliers ont occupé le reste des journées sur des thèmes comme : la place de l’élève, les mots de l’évaluation, l’évaluation positive des élèves à besoins particuliers, l’évaluation dans la continuité des cycles.
Il y a aussi été évoqué la place de l’enseignant comme acteur de son propre accompagnement grâce notamment à des temps de travail partagé.

Bernard Le Gall, IEN adjoint, a conclu ces deux jours de formation en indiquant que le travail autour de ce thème serait poursuivi tout au long de l’année.

Bablet Marc DgescoBruyère Yan DANPicard Patrick IFE
A gauche Marc Bablet chef du bureau à l’éducation prioritaire de la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) , au centre Yann Bruyère Adjoint au délégué académique CTICE 1er degré, à droite Patrick Picard chargé d'étude IFE)
Type :
Colloque - conférence - congrès
Thématique :
Pédagogie - enseignement
Partager cette page

Rédigé par Nicolas Charles

M.A.J. le 13/10/2017

Nous écrire